Home Grecque Melkite Catholique
Eglise Grecque Melkite Catholique
Présentation générale Eglise Grecque Melkite cathoqiue

Présentation Générale :

Les Grecs Melkites Catholiques sont des catholiques de rite byzantin. Le mot « Melkite » vient du syriaque « Malko » qui signifie « empereur ». Apparu en 451 ap. J.C, ce nom fut attribué par les Monophysites aux Chrétiens qui leur étaient opposés après le Concile de Chalcédoine. Les Melkites ont reconnu à ce Concile : un seul et même Christ, Fils unique et Seigneur, en deux natures, sans confusion ou mutation, sans division ou séparation entre ces deux natures.

Dans le nom de l’Eglise, le mot « Grec » vient du fait que les Pères de cette Eglise ont écrit leurs textes en langue grecque[rB1] . Et le mot « Catholique » vient que cette Eglise s’est rattachée à Rome au XVIIIe siècle (séparation de l’Eglise grecque melkite orthodoxe).

L'Eglise melkite fait partie de l'Eglise apostolique d'Antioche, fondée par saint Pierre. Située en Turquie près de la frontière avec la Syrie, elle a été la première ville païenne à recevoir l'Evangile : « C'est à Antioche que, pour la première fois, les disciples reçurent le nom de « chrétiens » (Actes 11: 26).

Contrairement aux autres églises orientales, catholiques ou non, l'Église Melkite n'est pas une Église nationale. C'est une Église particulière, dans le sens canonique du mot. Elle est répandue dans tout le Proche-Orient arabe et dans une diaspora qui prend de plus en plus d'ampleur. En effet, plus de la moitié de ses fidèles vivent, aujourd’hui, en dehors des limites orientales du Patriarcat.

La liturgie de l’Eglise melkite catholique est de rite Byzantin. Elle est célébrée principalement en arabe avec des parties en grec et en syriaque. En diaspora, elle peut être aussi célébrée dans la langue locale.

Le patriarche actuel, Chef spirituel de l'Eglise Patriarcale Grecque Melkite Catholique, est Sa Béatitude Gregorios III Laham, Patriarche d'Antioche et de tout l'Orient, d'Alexandrie et de Jérusalem. Il est le vingt-et-unième dans la lignée des Patriarches Grecs Melkites Catholiques depuis 1724.

Sites officiels de l’Eglise : www.pgc-lb.org ou www.melkites.com

 

 

 

 

 
EGLISE GRECQUE-MELKITE CATHOLIQUE histoire

Histoire de l’Eglise

L’Église Melkite doit son caractère d'Église particulière à deux fidélités, celle à l'Empire de Byzance et celle aux sept premiers conciles œcuméniques.

Orthodoxes jusqu’au XVIIIe siècle, ils découvrirent le catholicisme par l’intermédiaire des missionnaires catholiques romains installés dans les Echelles du Levant (les ports et les villes de l'Empire ottoman). Reflet du Christianisme occidental, leur enseignement entraîna une nouvelle rupture dans l’Eglise Melkite (après celle du Concile de Constantinople en 1024).

En 1724, suite à une querelle concernant l’élection d’un Patriarche, les Melkites se divisèrent en deux groupes : les Grecs Melkites Orthodoxes rattachés au Patriarche orthodoxe d’Antioche et les Grecs Melkites Catholiques dont le Patriarche est rattaché à Rome. En accord avec le pape de Rome, ces derniers conservèrent leur liturgie, leurs pratiques et leur hiérarchie ecclésiastique.

A l’époque, malgré leur reconnaissance par le Pontife Romain, les Grecs Melkites Catholiques ne pouvaient avoir de lieux de culte. En effet, non reconnus comme communauté religieuse par le Sultan, ils n’avaient aucune légitimité. Ils étaient contraints de célébrer les offices dans les maisons. Ce n’est qu’en 1837 que le Patriarche Maximos Mazloum leur obtint un statut. Il fallut donc attendre le XIXe siècle pour voir les églises melkites catholiques se développer en Orient comme en Occident.

L'Église Grecque Melkite Catholique s'organisa intérieurement. De nouveaux ordres monastiques furent fondés, un clergé éduqué à Rome dispensait l'enseignement dans des écoles nouvellement fondées. Un séminaire fut ouvert à Aïn Traz (1811).

Le patriarche Grégoire Joseph (1864-1897) durant 33 ans travailla à réaliser un vaste plan de restauration de l’Église. En 1866, il rouvrit le séminaire d'Aïn Traz, mais surtout, il fut à l'origine de celui de Sainte-Anne de Jérusalem (1882).

L’Ordre Patriarcal de la Sainte Croix de Jérusalem est un ordre de chevalerie dont le Patriarche Melkite est le grand maitre. Cette institution du Patriarcat melkite catholique aide moralement et financièrement les chrétiens de la Terre-Sainte et de tout l’Orient et notamment l’Eglise Melkite catholique.

 
EGLISE GRECQUE-MELKITE CATHOLIQUE en France

L’Eglise en France

A Marseille, Saint Nicolas de Myre est la première église catholique orientale de Marseille et de France et l’une des premières églises grecques catholiques. Créée à la demande des réfugiés grecs catholiques venus d’Egypte et de Syrie, elle continue à être une terre d’accueil pour de nombreux chrétiens orientaux.

Construite en 1821 par l’archevêque de Myre, Mgr Maximos Mazloum, cet édifice est original par son architecture typiquement orientale et par sa décoration. Créée pour accueillir des catholiques français et orientaux, elle apparaît comme un signe de la volonté des Melkites d’être un pont entre l’Orient et l’Occident. Dès 1821, ses prêtres servirent de traducteurs et d’intermédiaires entre les Orientaux et les pouvoirs publics. Une des paroissiennes, Mariam Baouardy « la petite arabe »), devenue carmélite (Sœur Marie de Jésus Crucifié), a été béatifiée en 1983 par Jean-Paul II.

Paris a reçu tout au long du XIXe siècle, d’Egypte et des provinces arabes de l’Empire Ottoman (Liban, Palestine, Syrie), un nombre croissant d’immigrants, parmi lesquels une proportion notable de grecs-catholiques. Ces derniers obtinrent le 13 juillet 1886 l’autorisation administrative d’ouvrir un lieu de culte de leur rite.

Deux ans plus tard, répondant aux pressantes sollicitations de ses fidèles, le patriarche Grégoire Youssef chargea, en accord avec l’archevêque de Paris, le P. Alexis Kateb, basilien chouérite, de constituer la paroisse et de lui trouver un lieu de culte permanent. En attendant, les offices se tinrent dans l’église Sainte-Elisabeth, au Marais. Fin 1888, l’Assistance Publique accepta de louer l’église Saint-Julien-le-Pauvre, ancienne chapelle de l’Hôtel-Dieu, fermée depuis le transfert de ce dernier dans l’île de la Cité. Située alors au fond d’une cour, dans un quartier sordide, l’église était dans un état lamentable. Après remise en état, elle put être inaugurée solennellement au rite byzantin le dimanche 5 mai 1889. Le célèbre ébéniste de Damas, M. Georges Bittar (dont le procès de béatification est en cours) fit l’iconostase en marqueterie mosaïque que l’on voit toujours dans l’église et Monsieur David Corm (d’origine libanaise) a écrit les icônes de l’iconostase.

Depuis plus d’un demi-siècle, une petite communauté de moniales a créé le monastère de la Théophanie. Situé dans un paysage d’une beauté saisissante il occupe l’Abbaye d’Aubazine en Corrèze. Après avoir habité les bâtiments de l’ancienne abbaye cistercienne, la communauté s’est retirée dans la ferme de l’abbaye. Dans l’étable habitée par des vaches jusqu’en 1973, les sœurs ont établi une véritable chapelle byzantine, avec des fresques et une iconostase magnifique. La liturgie et les offices sont chantés en français tout en conservant la musicalité arabe et grecque très mélodieuse des chants de l’Eglise Melkite. Jouxtant le monastère, l’abbaye Saint-Etienne (XXIIe siècle) a pour vocation d’être un-centre spirituel de l’Eglise melkite en France, lien entre les spiritualités orientale et occidentale.

Deux autres communautés religieuses sont aussi présentes en France : les sœurs basiliennes chouérites à Paris XIV° (www.religieuses-b-c.net/frensh/index.htm) et les Missionnaires de ND du Perpétuel Secours à Aix en Provence

En France, l’ordinaire des catholiques Melkites est le cardinal archevêque de Paris, André Vingt-Trois (http://www.catholique-paris.cef.fr/-Ordinariat-des-catholiques-des-)

 

Lieux de Culte en France :

Paroisse Saint-Julien-le-Pauvre

79, rue Galande, 75005 Paris
Tel. 01.43.54.52.16.

Divine Liturgie le dimanche à 11h00

Site internet : www.sjlpmelkites.org

Paroisse Saint Nicolas de Myre

19, rue Edmond Rostand,

13006 Marseille
Tél. : 04 91 53 51 74

Divine Liturgie le dimanche : 10h30

site internet : www.saintnicolasdemyre.fr

Monastère de la Théophanie
Le Ladeix - 19 190 Aubazine
Tel. : 05 55 25 75 67
Divine liturgie le dimanche : 10h15

En semaine : offices : 7h30 et 18h00  liturgie  8h00 (Ma, Je, Sa)

Site internet : http://abbaye.aubazine.com/presentation.php

 

 



 
pour aller plus loin sur l'émission du 11 septembre : Mgr Joseph Jules

livre/méditation sur les fresques du monastère de l'Emmanuel à Bethléem

Contemplation de la Parole, Fresques de Bethléem - édition Salavator

site du monastère : http://www.emmanuelmonastery.org

 

l'atelier de broderies de Ramallah animé par les AFI (Association fraternelle internationale). Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

ventes possibles par correspondance. catalogue :

https://drive.google.com/file/d/0B9_NG2yBQBX2U2hoX0h6U0puajA/edit?usp=sharing


site du réseau Barnabé (volontaires de l'enseignement catholique pour les écoles de Terre Sainte) : http://www.reseaubarnabe.org/

 
Bibliographie émission du 29 juin

Livre :

Entre l'Orient et l'Occident, histoire de l'église St Julien-le-Pauvre

1889-2014 - Edition du Jubilé

 

CD du père Joseph Fahmé :

Odes Byzantines à la Mère de Dieu

Psalmus, 2010

 

Hymnes byzantines d'Orient, anthologie

Psalmus 2008

 

Messe Pascale à St Julien-le-Pauvre

 

ce livre et ces CD sont disponibles dans le commerce ou à l'accueil de St Julien-le-Pauvre

dans l'émission on entend aussi les voix de Sr Marie Keyrouz (Chants sacrés de l'Orient - tradition melchite, hamonia Mundi) et Frédéric Tavernier-Vellas (Le chant de Byzance, vol 1: la semaine Sainte, Psalmus 229)

 
«DébutPrécédent12SuivantFin»

Page 1 sur 2
Copyright © 2017 Chrétiens Orientaux - Foi, Espérance et Traditions. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.