Home Chaldéenne
Eglise Chaldéenne
EGLISE CHALDEENNE

Présentation de l’Eglise Chaldéenne

L’Eglise Chaldéenne, appelée à l’origine « l’Eglise d’Orient », fut fondée au cœur même de la Mésopotamie (Iran, Syrie, Turquie et surtout Irak) par l’apôtre Thomas et ses deux compagnons Addaï et Mari. Cette Eglise, de Tradition Syriaque (araméenne), est restée fidèle à la tradition antique judéo-chrétienne, avec une liturgie fondée sur l’Incarnation de Jésus (liturgie de Jérusalem).

En Mésopotamie, l’Evangélisation dans les premiers siècles a été très importante. On voit alors l’apparition de grandes écoles catéchétiques et théologiques avec des grands centres de production de littérature spirituelle et liturgique. Au IIIe siècle, à Edesse (l’actuelle Ourfa, en Turquie), Saint Lucien fonde la prestigieuse école d’Antioche. Les archéologues ont trouvé des vestiges d’une église datant de la fin du Ier siècle près de Bagdad, sur le site de Kokhé (près de Séleucie-Ctésiphon, capitale de l’Empire perse des Sassanides).

 

La liturgie est célébrée en Araméen. La Messe en chaldéen se dit « Mystères ». il existe trois prières eucharistiques ou anaphores (appelées « sanctifications ») : la plus ancienne remonte aux origines de l’Eglise (IIe siècle), la tradition dit qu’elle aurait été écrite par les disciples de l’Apôtre Thomas : Addaï et Mari (c’est l’une des plus anciennes de la chrétienté), la deuxième est attribuée au grand docteur grec de l’Eglise d’Orient : Théodore de Mopsueste, compagnon de St Jean Chrysostome (4è siècle), et la troisième date du 5e siècle, est attribuée à Nestorius patriarche de Constantinople(428-431) ; cette dernière n’est célébrée que cinq fois dans l’année.

 

L’Eglise Chaldéenne est issue de « l’Eglise d’Orient » divisée aujourd’hui en cinq rameaux : l’Eglise Chaldéenne catholique, l’Eglise de l’Orient des Assyriens, Les Eglises Syro-malabare et Syro-malankare (avec pour cette dernière deux branches : catholique et orthodoxe), l’Ancienne Eglise catholique et apostolique de l’Orient (branche traditionnelle et dissidente de l’Eglise Nestorienne, née en 1964, et très présente en Irak),

 

L’Eglise Chaldéenne compte aujourd’hui plus de 800.000 fidèles. Avec la particularité qu’aujourd’hui, le nombre de chaldéens ayant émigré est plus important que ceux présents sur les terres d’origine à savoir l’Irak, la Turquie, le Liban et l’Iran.

Aujourd’hui, en Irak, on compte moins de 500 000 chrétiens en 2010 (alors qu’ils étaient au nombre de 800 000 avant la guerre du Golfe, en 1991) et seulement de 100 000 dans le reste des pays arabes (Syrie, Jordanie, Liban, et la Turquie principalement à Istanbul). En un siècle, le nombre des chrétiens de Turquie a fortement baissé : 35 % des habitants du pays avant la 1ère guerre mondiale, ils ne sont aujourd’hui plus que 0,01 %. Soit environ 90.000 (pour les évaluations les plus optimistes).

 

La diaspora est éparpillé sur les cinq continents: 200 à 220 000 aux Etats-Unis, 110 à 120 000 en Europe (20 000 en France), 45 à 50 000 en Australie, 35 à 40 000 au Canada, 20 à 30 000 en Nouvelle-Zélande, 30 à 40 000 en ex-URSS : notamment en Russie (Moscou, Rostov sur le Don), Ukraine, Géorgie (Tbilissi), Arménie (Erevan).

 

L’Eglise Chaldéenne est dirigée par le patriarche de Babylone des Chaldéens. Le Patriarche de cette Eglise est S.B. Louis Sako (ancien archevêque de Kirkouk en Irak) élu le 31 janvier 2013 au cours d’un synode à Rome. Le siège se situe á Bagdad (Irak) depuis 1947.

 

 

Histoire de l’Eglise

L’expansion de l’Eglise d’Orient fut très importante géographiquement. Elle s’est étendue de l’Egypte jusqu’en Chine en passant par le Moyen-Orient, la péninsule arabique, l’Inde, l’Asie (Centrale et du sud-est). Les fidèles de cette Eglise ont subi maintes persécutions sous les Empires perse sassanide (fin du IIIe siècle au VIIe siècle), arabes omeyade, puis abbasside (du VIIIe siècle au XIIIe siècle), turco-mongol en Mésopotamie (à partir du XIVe siècle), et ottoman (jusqu’à sa chute survenue au lendemain de la Grande Guerre).

Au début du XIVe siècle, l’Eglise compte de 60 à 80 millions de fidèles dirigés par 200 à 250 archevêques et évêques (représentant, à l’époque, environ la moitié de la chrétienté). A partir de 1363, l’Eglise d’Orient connut le chaos lors de la persécution générale des chrétiens par le chef turco-mongol Tamerlan.

 

L’Eglise est autonome depuis 410. Il n’y a jamais eu de rupture officielle entre l’Eglise d’Orient et Rome. En 1553, une fraction se rattache officiellement à Rome. Et 1850-1880, les fidèles non-catholiques rejoignent pour la plupart l’Eglise catholique.

 

L’histoire se répétant, les évènements douloureux du siècle passé ont débouché sur une déstabilisation politique, sociale, culturelle et religieuse dans de nombreux pays du Moyen-Orient. Les révoltes et les révolutions arabo-musulmanes du XIXe et XXe siècle, ainsi que les deux guerres mondiales, ont déstabilisé les sociétés de ces pays, et fragilisé davantage les communautés chrétiennes qui portaient déjà les stigmates des Croisades.

 

Les épreuves, les souffrances et les persécutions que cette Église a subi et continue de subir depuis des siècles sont effroyables : le génocide de 1915 ayant fait plus de 250 000 victimes (sur une population estimée alors à 400.000), la guerre Irak/Iran où auraient péri plus de 10 000 jeunes, la guerre du Golfe (1991) qui a fait autant de victimes, l’embargo qui a mis le pays dans le chaos pendant 12 ans provoquant la mort de milliers d’enfants et de personnes âgées et enfin le renversement du pouvoir de Saddam Hussein en 2003 par les américains et leurs alliés en Irak. Ce dernier a aggravé la situation déjà critique en Irak et a mis sur le chemin de l’exil des centaines de milliers d’irakiens et plus particulièrement des chrétiens (près de la moitié des chrétiens d’Irak ont fui leur pays durant ces 15 dernières années. Près de 1300 chrétiens ont payé de leurs vies leur attachement à leur foi et identité chrétienne (depuis août 2004). C’est pourquoi, on appelle cette Eglise « l’Eglise des martyrs ».

 

L’Eglise Chaldéenne est très en avance dans la vie œcuménique. En 1994, Jean-Paul II et de Mar Denkha IV Patriarche de l'Eglise Assyrienne signent une déclaration Christologique commune. Avec cette reconnaissance, la voie est ouverte vers une véritable unité entre ces deux Eglises. Elle commence déjà par certaines mesures pratiques, par exemple la coopération au niveau du service religieux (dans les paroisses où il n'y a pas de prêtre de l'une des deux Eglises) et culturelle (formation théologique et philosophique dans la faculté Babel à Bagdad), La possibilité est donnée aux fidèles de communier dans l’une des deux Eglises.

 

 

Présence de l’Eglise en France

En France, l’Eglise Chaldéenne est présente depuis les années 1940 : tout d’abord à Paris rue du Bac (6ème), puis entre 1950 et 1988, rue Greuze (16ème).

L’exode des assyro-chaldéen a débuté à partir de 1915, avec le génocide contre les chrétiens de Turquie, dont 250.000 chaldéens furent victimes.

Les premiers Assyro-Chaldéens arrivés en France, à partir de 1920, s’établirent d’abord à Marseille, puis dans un second temps, en Haute-Garonne (Saint-Jory et Toulouse). D’autres s’établirent dans les décennies qui suivent, fuyant souvent la Russie soviétique (années 1920 et 1930) ou l’Irak hachémite (après 1933) et à la fin du mandat français en Syrie(1946).

Ces premiers arrivants restèrent une petite communauté en France jusqu’à l’arrivée de la première grosse vague d’immigration au début des années 1980.

Ces Chaldéens du sud-est de la Turquie, très isolés dans leurs montagnes (non loin de la frontière irakienne) étaient pris entre les feux des belligérants (Turcs et Kurdes) dans cette région où ils vivaient depuis des siècles (les églises de certains de ces villages remontent au VIe siècle). Abandonnant maisons et terres, ils ont complètement vidés leurs villages et ont été accueillis par la France, qui leur a donné le statut de réfugiés. Ils pouvaient enfin vivre leur foi librement et sans peur, et assurer un avenir à leurs enfants, du reste très bien intégrés à la société française.

 

Une deuxième vague d’exode a eu lieu, venant d’Irak cette fois-ci, au début des années 1990, avec le début des conflits américains. Depuis cet exil continu avec les situations tragiques dans plusieurs pays du Moyen-Orient.

 

Il y a aujourd’hui environ 20 000 Chaldéens ou Assyro-Chaldéens en France, dont plus de 12 000 en Ile-de-France (en grande partie dans le 95 autour des villes de Sarcelles, Arnouville, Gonesse, Villiers le Bel, Saint Brice, Domont), 1 500 à Lyon, 750 à Marseille et le reste éparpillées sur l’ensemble du territoire national(notamment à Nantes et Toulouse). La majorité de la communauté est issue des dix derniers villages assyro-chaldéens du sud-est de la Turquie (régions de Hakkâri et Bohtan). L’Eglise a toujours été, pour tous ces exilés, le point de repère, d’union et de rassemblement, le ciment identitaire par excellence..

 

Une première construction (centre paroissial et église Notre-Dame de Chaldée) a été réalisée par l’Eglise Chaldéenne en 1992, rue Pajol dans le 18ème arrondissement. Une deuxième église dédiée à Saint-Thomas Apôtre, fut construite à Sarcelles dans le Val d’Oise (consécration en 2004) dans un style babylonien. Elle dispose de 750 places ainsi que de salles de catéchèse. Une troisième église (de style babylonien) à été consacrée e, 2016 à Arnouville par le Patrarche Sako. elle est située en face de la Gare RER d’Arnouville/Villiers le Bel.

 

Une communauté de religieuses (congrégation des Filles du Sacré Cœur) est au service de la communauté à Sarcelles.

 

A Lyon et à Marseille, les paroisses chaldéennes sont accueillies dans des églises catholiques latines.

 

Trois vicaires patriarcaux se sont succédés à la tête de la Mission chaldéenne : Mgr Dominique Dahane (de 1937 à 1972), Mgr Francis Alichoran (de 1973 à 1987) et Mgr Pierre Yousif (de 1987 à 2016).

L’Eglise Chaldéenne, en France, est placée sous la juridiction du Cardinal Vingt-Trois, archevêque de Paris et ordinaire des Orientaux Catholiques en France sans évêque.

 

 

Paroisses en France :

Paris (75)

N.D. de Chaldée, 13-15 rue Pajol – 75018 Paris

Tél : 01.42.09.55.07

Messe le dimanche à 11h00

http://www.mission-chaldeenne.org

 

Sarcelles (95)

Saint-Thomas Apôtre, 7-11 rue du Champ Gallois – 95200 Sarcelles

Tel : 01 39 33 31 64

Messe le dimanche à 9h00, 11h00, 18h00

http://www.mission-chaldeenne.org

Arnouville (95)

Saint Jean-Apôtre- 11 ter rue Jean Jaures – 95400 Arnouville

Messe le dimanche à 9h00 et 12h00

http://www.mission-chaldeenne.org

 

Et dans des églises latines : à l’église Sainte Trinité (Sarcelles) le dimanche à 13h00,  et à l’église Jean XXIII (Clichy-sous-Bois-93) le dimanche à 13h00

 

Lyon (69)

Paroisse St Ephrem,(célébration dans l’église latine Saint Joseph 57, avenue Roger Salengro- 69120 Vaulx-en-Velin)

Tel : 06 24 57 06 71

Messe le dimanche à 11h30

http://www.chaldeaneurope.org

 

Marseille (13)

N.D. de Chaldée, 91 av. Jean Compadieu, Bois-Le-Maître– 13012 Marseille

Tél : 09.51.05.10.97

Messe le dimanche à 10h30 (chaldéen) et samedi soir à 18h30 (en français)

http://paroissenotredamechaldeemarseille.com


 
à l'occasion de la fête des lumière en Irak le 6/12

Message du Pape François aux Chrétiens d’Irak

Chers frères et sœurs,

Je voudrais tous vous saluer personnellement, à commencer par le Cardinal Philippe Barbarin, qui vient une fois de plus vous transmettre la préoccupation et l’amour de l’Eglise toute entière. Moi aussi, je voudrais être là ! Mais comme je ne peux pas voyager, je le fais ainsi. Je suis si proche de vous, dans ces temps d’épreuve. Je l’ai dit, en revenant de mon voyage en Turquie : les Chrétiens sont en train d’être chassés du Moyen-Orient, dans la souffrance. Je vous remercie du témoignage que vous rendez ; mais il y a tant de souffrance dans votre témoignage... Merci ! Merci, vraiment !

Il semble que ces gens ne veuillent pas que nous soyons Chrétiens. Mais vous, vous rendez témoignage au Christ. Je pense aux blessures et à la douleur des mères avec leurs enfants, des personnes âgées et des réfugiés, aux personnes victimes de toute sorte de violence. Comme je l’ai rappelé à Ankara, une préoccupation particulière tient au fait que c’est surtout par la faute d’un groupe extrémiste et fondamentaliste que ces communautés, spécialement les Chrétiens et les Yézidis, mais d’autres également, sont parties, et que toutes sont victimes de violences inhumaines, à cause de leur identité ethnique et religieuse. Chrétiens et Yézidis ont été expulsés de leurs maisons par la force, ont dû tout abandonner pour sauver leur propre vie sans renier leur foi. La violence s’en est prise aussi aux lieux saints, aux monuments, aux symboles religieux et au patrimoine culturel, comme si ces chefs religieux voulaient effacer toute trace, toute mémoire de l’autre. Nous avons l’obligation de dénoncer toutes les violations de la dignité et des droits de l’homme. Et moi, aujourd’hui, je voudrais me rendre plus proche de vous, qui portez cette souffrance, et être avec vous.

Lire la suite...
 
un nouveau patriarche pour l'Eglise Chaldéenne
S.B. Louis Sako, nouveau Patriarche de Babylone des Chaldéens

Le Synode des Evêques chaldéens réuni à Rome depuis lundi dernier a élu ce jeudi come nouveau Patriarche l’archevêque de Kirkuk qui a dépassé la majorité requise des deux tiers des 15 Evêques votants. S.B. Louis Sako est le successeur de Mar Emmanuel III DELLY qui avait démissionné au mois de décembre dernier (85 ans). S.S. Benoît XVI a déjà fait parvenir au nouveau Patriarche sa « Ecclesiastica Communio ».

« Authenticité, unité et renouvellement » : ce sont les trois mots que S.B. Louis Sako, à peine élu Patriarche de Babylone des Chaldéens, a choisi comme devise patriarcale.

L’Eglise Chaldéenne compte aujourd’hui plus d’un million de fidèles. Avec la particularité qu’aujourd’hui, le nombre de chaldéens ayant émigré est plus important que ceux présents sur les terres d’origine à savoir la Turquie, l’Irak et l’Iran.

Lire la suite...
 
Bibliographie - émission Assyro-Chaldéens d'Oumia (Iran)

livre général sur les Assyro-Chaldéens :

Les Assyro-Chaldéens - Chrétiens d'Irak, d'Iran et de Turquie

H. Teule - Collection Fils d'Habraham (Ed Brepols)

 

Livres sur la communauté et les églises d'Ourmia (Iran)

Florence Hellot-Bellier

Chroniques d'un massacre annoncé -  Ed Geuthner

 

Les églises en monde Syriaque

collection des Etudes Syriaques n°10 - Ed Geuthner

 
Emission du 25 décembre 2013

Homélie du Père Muhannad Al-Tawil (texte intégral) – célébration de Noël 2013

Curé de la paroisse St Ephrem des chaldéens à Vaulx-en-Velin (69)

pour des raisons de temps, nous n'avons pas pu diffuser totalement l'homélie. voici la version complète :

Quand j’ai commencé l’école à l’âge de 6 ans, l’Irak était en guerre. L’électricité était coupée très souvent. En hiver je m’amusais chaque soir à allumer une bougie pour me réchauffer, pour avoir la lumière et pour pouvoir me déplacer chez moi. J’étais même séduit par cette lumière et par la chaleur diffusée par cette petite bougie. Mais ma joie ne durait pas longtemps, parce que la nuit était longue et que la bougie se consommait au bout de certain temps. Donc la lumière et la chaleur n’étaient pas durables.

Lire la suite...
 
«DébutPrécédent12SuivantFin»

Page 1 sur 2
Copyright © 2017 Chrétiens Orientaux - Foi, Espérance et Traditions. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.